Nubia : créations oniriques

Janvier 2020. De passage dans l’atelier d’une amie à Paris – le temps d’y exposer quelques aquarelles – Julie Télot met la main à l’argile pour la première fois. La calligraphie chinoise lui a appris la discipline et le dessin à se laisser aller. La céramique conjugue les deux et s’impose comme une expérience méditative pour l’artiste.

Luxury Indian Ocean Nubia portrait 1

Il existe en Julie une force créatrice qui se nourrit de l’énergie de mille horizons et de mille contrastes. Meurtrie par le naufrage du Wakashio, sur une plage qu’elle porte dans son coeur, cette énergie cherche à s’exprimer.

« Pour chaque mangrove souillée, il fallait en faire revivre une dans l’espace, dans la matière, dans les esprits. »

Créer est le seul domaine où il faut se déposséder pour s’enrichir, disait Malcom De Chazal. Ce n’est pas Julie qui contredira ce génie qu’elle admire. Sa connexion à la terre est thérapeutique. Et de cette intention découle, en trois tours de force, une collection de soliflores inspirés de nos mangroves, une autre aux traits d’oiseaux endémiques – pigeon rose, bulbul, dodo ou cardinal, puis une série de sculptures racontant ses états d’âme. « C’est l’ancrage et la liberté à la fois. C’est tout ce à quoi j’aspire. »

Luxury Indian Ocean Nubia art 1
Luxury Indian Ocean Nubia terracota 1

Nubia est née. Comme une ode onirique à la beauté de Maurice.

Par Élodie Casse