Rencontre avec Krisjan Rossouw qui expose chez Roche Bobois

À la croisée de l’art et de la photographie, on découvre l’œuvre de Krisjan Rossouw. Poussé par sa carrière dans la mode et son amour pour les chefs d’oeuvre de la renaissance, le photographe se tient au seuil des deux domaines, produisant une exposition nommée TROPIKA, rendue possible par Roche Bobois, ouverte du 17 mai au 18 juin à la succursale de la marque à Forbach.

  1.       Parlez-nous de votre carrière et de ce qui vous a amené à faire de l’art ?

L’histoire de mes débuts est assez longue. J’ai fait mes débuts dans une agence de mannequins comme chaperon et chauffeur. J’ai grimpé les échelons jusqu’à devenir agent/booker, et de là, je me suis intéressé à la photographie. Ma mère m’a acheté mon premier appareil photo et j’ai commencé à m’exercer. Je n’ai pas fait d’études d’art ou de photographie en bonne et due forme, mais j’ai toujours été créatif. Quand j’ai commencé à m’exercer avec mon appareil photo pour voir comment il perçoit la lumière, j’ai découvert des possibilités infinies. Cela m’a tout de même pris 4 ans pour croire en moi-même et mettre en œuvre ma première exposition dans une galerie.

  1.         What are your hobbies ?

Cuisiner, créer des choses belles et peu conventionnelles à partir de la nature, et après Maurice… voyager. J’aime beaucoup Maurice et ses citoyens, sa nourriture et la nature et la vieille ville historique de Port Louis. Je pense que mon prochain défi/passe-temps devrait être d’apprendre le français. Après tout, je suis de descendance française huguenote… “Rossouw”.

Krisjan luxury mauritius roche bobois
Krisjan Roussouw
  1.         Qui est votre artiste préféré ?

Je ne suis pas un photographe conventionnel. Je n’ai pas d’influences particulieres et je ne peux nommer aucun photographe. En revanche je suis plus à même de citer des peintres, aussi variés que Michelangelo Merisi da Caravaggio et Vladimir Tretchikoff.

  1.         Comment définissez-vous votre style ?

À mes débuts, je n’avais pas d’équipement professionnel à proprement parler. On peut donc parler d’essais tâtonnants. J’utilisais simplement ce qui était à disposition : je sortais une lampe-torche du buffet, une ampoule fluorescente du garage, des lampes qui trainaient et je superposais les lumières, les unes sur les autres, créant toutes ces différentes couleurs. Au fil des années, j’ai maîtrisé la technique d’éclairage. Je pense que j’ai maintenant créé un style que tout le monde aime. J’ai essayé un équipement professionnel mais cela rendait les choses plus fades, perdant en saturation et en intensité. ainsi j’ai investi dans plus de lampe-torches et de lampes de chevet. Selon moi, Caravaggio est un esprit similaire au mien. Ce peintre italien est vraiment très en accord avec mon propre style. C’est un homme qui peignait des images des ténèbres et de lumières. En fait, mes photos sont comme peindre avec de la lumière.

Krisjan Rossouw Tropika Roche Bobois luxury mauritius 4

  1.         Que souhaitez-vous exprimer à travers votre travail ?

La figure de la femme noire est au centre de mon travail. Une peau exposée ainsi que l’utilisation de la flore me différencient de mon idole, le maître des ombres, Caravaggio. Cette utilisation n’est toutefois pas gratuite. Je veux que mon travail soit stimulant. Je veux qu’en émanent la force et le pouvoir… qu’il soit fort mais pas triste, qu’il mette en valeur et apporte des images édifiantes. Je veux pousser les thèmes de l’Afrique avec un aspect plus positif, fier et beau. Rossouw suggère que, même si le but de son travail n’est pas politique de prime abord, il apprécie néanmoins d’apporter un contre-argument à ce qui sert souvent à représenter le continent. « Je suis fatigué de lire les nouvelles, et de voir à quel point la couverture est négative”, dit-il. « Je veux renvoyer une image positive de l’Afrique. L’Afrique regorge tellement de beautés – il suffit de les montrer au monde. C’est donc ce que j’essaie de faire, un jour à la fois. Mon travail rend la ligne de démarcation entre photographie et peinture plus floue. En fin de compte, je fais juste mon possible pour donner une belle image.

  1.       Quelle importance accordez-vous à la finition, à la présentation ou au format de votre travail ?

Oui, bien sur. Je suis fier de créer un produit fini d’excellente qualité…quelque chose qui dure pour toujours s’il est bien entretenu. Mon travail est seulement imprimé sur du ‘archival substrate’, je fais moi-même un contrôle de qualité sur chaque pièce avant de les signer et les additionner. Toutes les impressions sont faites à Cape Town où j’ai le contrôle total du produit.  

Krisjan Rossouw Tropika Roche Bobois luxury mauritius 3

 

  1.         Dites-nous en plus sur votre partenariat avec Roche Bobois et l’exposition TROPIKA.

Mon parcours avec Roche Bobois a commencé il y a plus de 2 ans à Cape Town en Afrique du Sud où j’étais invité et j’ai eu l’opportunité de montrer une collection de tous mes différents travaux dans leur salle de vente merveilleusement stylée et colorée. J’ai continué à faire partie de Roche Bobois avec l’ouverture de la succursale de Johannesburg en Afrique de Sud. En 1961, ils ont mis sur pied leur première campagne de publicité nationale dans le magazine ELLE. Les ventes ont explosé, et à travers ce succès, les pubs ont fait ressortir l’avantage de combiner leurs ressources et leurs noms. C’est de là que Roche Bobois a gagné sa propre identité pour devenir une marque reconnue.

Aujourd’hui, Roche Bobois est présent dans 50 pays avec un réseau international de plus d 250 magasins. Ses partenariats constants avec des designers reconnus (Ora Ito, Cédric Ragot, Sacha Lakic, Christophe Delcourt, Stephen Burks…) et des maisons de mode globales (Jean Paul Gaultier, Sonia Rykiel Maison, Missoni Home) en font un joueur unique sur le marché en terme de meubles de luxe. Il est donc évident que je veuille faire partie de ce cercle créatif, et quand l’opportunité de présenter des travaux à Maurice s’est présentée, j’ai décidé de créer quelque chose de spécial et d’unique avec le lancement de TROPIKA. C’était la parfaite plateforme de lancement avec cette exposition sur la belle île tropicale qu’est Maurice et Roche Bobois Paris.

Roche Bobois Mauritius team with artist Krisjan Rossouw Tropika luxury mauritius 2
L’artiste et l’équipe Roche Bobois
  1.         Qu’est-ce qui vous a inspiré pour cette exposition ?

Explorer la beauté et la fragilité intrinsèques à la nature, fusionnant la réflection de la beauté Africaine et de la botanique dans un doux jeu de clair-obscur.