[Interview] Céline Le Vieux, une passionnée qui cultive sa signature artistique

“L’inspiration se cache dans notre quotidien, il faut juste apprendre à devenir conscient de cet appel vibrant venu de l’intérieur”. Voici le regard de Céline Le Vieux artiste-peintre sur son travail. Pour elle, la création est une tentative de comprendre ce qu’est le beau, pour pouvoir le reproduire, recréer ses émotions et empêcher cet instant éphémère de passer. Et, elle nous en dit plus, le temps d’un entretien fort en couleurs.

Céline, parlez-nous de vos sources d’inspirations ?

Plus jeune, j’aurais répondu à cette question avec une réponse beaucoup plus préparée en disant que pendant mes études, je me suis beaucoup inspirée d’artistes comme Peter Doig ou encore Anselm Kiefer dont j’adore les textures. Mais qu’une fois arrivée à la production, mes souvenirs des paysages de Maurice prenaient le dessus. Ou encore que j’ai toujours été attiré par les matières et les textures qui reflètent les conséquences du temps qui passe.

Mais aujourd’hui, la meilleure façon d’y répondre est d’expliquer ce qu’est l’inspiration artistique de mon point de vue. L’inspiration est dans les petites choses qui nous entourent et les émotions qu’elles engendrent. Quand on prend le temps d’observer et d’essayer de comprendre la beauté du moment. Par exemple, comment une certaine lumière tombe sur un objet, créant des ombres intéressantes pour une idée de composition. Une scène de vie colorée dont on est témoin lors d’une fraction de seconde d’inattention, se promenant en voiture dans Port-Louis. Ou même une émotion particulière qui nous envahit lorsqu’on est témoin d’un paysage.

Vous utilisez des techniques qui interpellent de par leur originalité. Parlez-nous en.

Originalité je ne sais pas, mais j’essaye vraiment de travailler sur ma signature artistique. Ce qui est très important chez un artiste. J’ai exploré plusieurs techniques pendant mes études qui m’ont aidé à choisir une direction où je me reconnais le mieux. Je peins avec de la peinture à l’huile pour tous les avantages qu’elle présente. Elle me permet d’obtenir plus facilement les couleurs que je recherche, et grâce à son temps de séchage long, j’obtiens certains effets qui sont plus compliqués pour moi à obtenir avec d’autres peintures comme l’acrylique.

Effectivement la peinture à l’huile peut prendre énormément de temps à sécher, ce qui m’aide à avoir du recul sur ce que je fais pour déterminer si un tableau me semble fini ou pas.

Après, je préfère peindre au couteau. Cela me permet d’intégrer plus facilement des moments spontanés, de petits accidents, et de laisser une plus grande place à mon instinct, de lui donner suffisamment d’espace pour pouvoir prendre le dessus. Quant à mes essais d’intégrer d’autres matières ou techniques, comme le tissage, à mes peintures c’est un moyen d’être toujours dans l’expérimentation et l’exploration des limites que peut m’offrir ma créativité.

Celine Le Vieux Luxury Indian Ocean 3

Comment en êtes-vous arrivez là ?

Après le lycée, je me suis inscrite à Parsons Paris à Paris qui est ensuite devenu Paris College Of Art, où après cinq ans, j’ai obtenu mon Bachelor of Fine Art. Une fois de retour à Maurice, je me suis vu offrir de super opportunité grâce à The Third Dot. Ils m’ont permis de participer à plusieurs expositions collectives et d’avoir une exposition solo. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir eu des personnes qui me soutenaient et qui me guidaient à prendre les bonnes directions, et j’en suis très reconnaissante.

De plus, je pense aussi que je me suis investi énormément pour pouvoir me créer une carrière dans ce métier avec beaucoup d’heures de travail, et une constante remise en question pour toujours essayer d’apporter plus à mes tableaux.

Vos origines (un père mauricien et une mère italienne) sont-elles des piliers de votre démarche créative ?

Honnêtement, je ne sais pas si l’origine de mes parents a joué sur ma démarche artistique directement, mais il est clair qu’elle a construit mon identité personnelle. J’ai toujours eu beaucoup d’imagination et je pense avoir eu la chance de grandir dans un environnement très stimulant. Grâce à leur soutien et leur patience, je pense qu’ils m’ont offert une confiance dans ce que je faisais. Cela m’a permis d’exprimer librement ma créativité. Je ne sais pas si je peux me qualifier de passionnée car au début c’était un passe temps. Je donnais énormément de mon temps et les progrès ont été très rapidement récompensés, ce qui m’apportait automatiquement une sensation de satisfaction personnelle que je n’ai pas expérimenté aussi intensément dans d’autres domaine. Après ça demande énormément de pratique, de temps et de concentration, et comme un bon livre après quelques pages, je n’étais plus consciente de mon environnement mais vivais dans mon monde à cet instant présent. Aujourd’hui je suis heureuse de pouvoir dire que c’est mon métier.

Où pouvons-nous voir vos tableaux ?

Depuis quelques mois, j’expose quelques uns de mes tableaux dans les galeries de Adamah Fine Arts qui se situe dans des hôtels comme le Prince Maurice, Maradivah ou encore Anahita à Maurice. Et puis j’essaie de partager mes avancées sur ma page Facebook @celineatelier13 ou sur mon Instagram professionnel @celine.levieux.

Celine Le Vieux Luxury Indian Ocean 4Quels sont vos futurs projets ?

Je travaille actuellement sur la mise en place de plusieurs projets à Maurice comme la participation à l’événement The BEACHCOMBER MAURITIUS LADIES OPEN 2019 avec un de mes tableaux. Je fais tout pour me donner les moyens de pouvoir participer à des compétitions à l’étranger dans le but d’avoir un échange avec des artistes à l’international et de rester dans ce dialogue. Comme j’ai un métier qui n’est pas statique, mes projets sont flexibles et sont appelés à pouvoir évoluer.

Pour diffuser votre amour de la peinture et de votre art, vous donnez des cours. Que vous apporte de telles expériences avec le public mauricien ?

Je donne des cours individuels à mon atelier à Grand Baie. Je pense que de donner des cours individuellement permet de créer plus rapidement un espace de confiance où mes élèves peuvent donner libre court à leur créativité. C’est une expérience personnelle et professionnelle très enrichissante. Ils m’apportent énormément dans mon travail en me rappelant toujours ce que j’ai appris. J’essaie d’être toujours à l’écoute de leur opinion sur l’art en générale comme sur mon travail. C’est aussi une source de motivation importante car rien n’est plus encourageant que de voir quelqu’un s’amuser avec de la peinture. Dans les moments bas, où je me bats avec mes tableaux, je retrouve vite cette émotion que j’avais au début de juste vouloir peindre.